L’HÔPITAL AMÉRICAIN DE NEUILLY LICENCIE UN INFIRMIER ACCUSÉ D’AVOIR VIOLÉ UNE PATIENTE

Un infirmier de 49 ans accusé d’avoir violé une patiente à été licencié par l’hôpital américain de Neuilly.
Les faits révélés par Le Parisien ce mercredi datent du 4 février. Ce soir-là, une femme de 32 ans admise dans l’établissement quelques jours plus tôt, croit d’abord à un rêve ou à une hallucination provoqué par le traitement qui lui est administré.

Mais le lendemain, elle se souvient vaguement avoir subi une agression et souffre de surcroît de douleurs au bas ventre. Plus tard, elle reçoit un SMS d’un numéro qu’elle ne connaît pas. «Désolé ma belle», peut-elle lire sur son téléphone. Un médecin lui assure dans la foulée que les médicaments qu’elle prend ne provoquent pas d’hallucinations.
L’INFIRMIER DÉJÀ CONDAMNÉ POUR AGRESSION SEXUELLE
La patiente décide alors de déposer une plainte. L’enquête démontre rapidement que le numéro de téléphone inconnu était bien celui de l’infirmier, dont le nom figure dans le Fichier judiciaire des auteurs d’infractions sexuelles (Fijais). «Cet homme de 49 ans a été condamné pour agression sexuelle sur personne vulnérable il y a sept ans», indique Le Parisien.

Le suspect, qui nie les faits qui lui sont reprochés, a été interpellé à son domicile dans les Hauts-de-Seine. Il a prétendu que son message était une façon de s’excuser d’avoir refusé les avances de la patiente. Des traces de sperme auraient été retrouvées.

LA DIRECTION AFFIRME QU’ELLE NE SAVAIT PAS
«Lorsque l’hôpital a eu connaissance des accusations extrêmement graves portées à l’encontre d’un de ses salariés et de l’enquête de police, il a immédiatement mis à pied à titre conservatoire le salarié mis en cause, puis a procédé à son licenciement», a indiqué le porte-parole de l’hôpital américain de Neuilly au Parisien. La direction a par ailleurs assuré à Europe1 qu’elle n’était pas au courant du passé judiciaire de son employé.

L’infirmier a été mis en examen pour viol le 14 février. L’enquête menée sur commission rogatoire d’un juge est toujours en cours.

No Comments Yet.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.