TOUT COMPRENDRE SUR LA SITUATION AU MALI

Au Mali, la situation politique est tendue. Dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 août, le président Ibrahim Boubacar Keïta a démissionné, dissous son gouvernement et l’Assemblée nationale.

Un coup d’Etat. Mardi matin, des soldats maliens ont pris les armes dans le camp militaire de Kati, situé dans la banlieue de Bamako. Dans l’après-midi, les acteurs de cette mutinerie ont arrêté le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, et son Premier ministre, Boubou Cissé. «Nous pouvons vous dire que le président et le Premier ministre sont sous notre contrôle. Nous les avons arrêtés chez lui (au domicile du chef de l’Etat)», a déclaré à l’AFP un militaire ayant requis l’anonymat.

Les mutins ont conduit les deux plus hauts personnages de l’Etat dans leur camp de Kati. Devant la pression des militaires révoltés, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, surnommé «IBK», a annoncé dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 sa démission. Lors d’une déclaration sur la télévision publique malienne, un masque sur bouche, «IBK», au pouvoir depuis 2013, a eu ces mots : «Si aujourd’hui il a plu à certains éléments de nos forces armées de conclure que cela devait se terminer par leur intervention, ai-je réellement le choix ? M’y soumettre, car je ne souhaite qu’aucun sang ne soit versé pour mon maintien aux affaires».

Les dissolutions de l’Assemblée nationale et du gouvernement ont également été prononcées.

No Comments Yet.

Leave a reply